Les 8 étapes pour lancer son side project

Par où commencer quand on lance son side project ? Quelles sont les étapes indispensables au lancement de son side business ? Dans cet article on te présente en détail les 8 étapes qui te permettront d'avancer sur ton side project.

Comment lancer son side project en 8 étapes ?

Ce n'est pas quelque chose d'évident de se lancer en parallèle de son job à temps plein. Et oui, en parlant de temps il faut en trouver justement. Il faut réussir à s'organiser, créer un planning, gérer la charge de travail... on peut vite se sentir déborder.

Et puis en plus il y a la vie personnelle : les enfants, les ami(e)s, les sorties, les activités en tout genre. Ça fait beaucoup si on ne sait pas répartir ses tâches, qu'on se laisse submerger et qu'on finit par stresser.

Dans cet article, on te donne les 8 étapes à réaliser pour lancer ton side project. C'est un peu un début de to-do list pour s'organiser, ne rien manquer, et réussir à lancer son projet et vivre cette nouvelle aventure de créateur de side project !

Alors c'est parti, on n'hésite plus et on se lance avec ce plan d'attaque !

Définir son objectif

Pourquoi je veux lancer un side project ? J'ai des idées en tête qui fusent, des choses assez vagues qui se mélangent, mais il me faut un but, quelque chose qui me permettra de comprendre mon objectif et d'expliquer pourquoi je veux lancer ce projet à tout prix.

En clair, il faut définir ta motivation et répondre au fameux "Pourquoi ?".

Il en existe plusieurs, pour des raisons, des convictions ou des envies différentes. En voici quelques unes.

Tu veux un complément de revenu

C'est une des première chose à laquelle on pense quand on parle de side project. Après tout, ce terme vient bien de "side hustle" en anglais et ça explique clairement qu'on a besoin d'un autre job à cumuler pour gagner plus d'argent.

Alors on se dit, tout de suite, que c'est une activité en parallèle de son travail qui permet d'arrondir ses fins de mois.

Ça peut être le cas, mais un side project n'est pas toujours à monétiser. Il faudra donc que tu prennes cet élément en compte si ton objectif est de gagner de l'argent.

Combien ? Comment ? Grâce à quoi ? Je vends, je loue, je partage quelque chose qui intéresse ma cible ? C'est à toi de voir selon ton idée.

Tu veux t'investir pour une cause

Ta motivation vient possiblement d'un intérêt que tu as pour une cause. Ça peut être la création d'une association, d'un groupe ou d'une communauté qui se rassemble autour d'un problème, d'un besoin.

Tu peux avoir envie de créer une association ou un mouvement pour devenir porte parole, mettre en place des actions, bousculer le monde et changer les choses.

Tes envies peuvent être grandes, mais il faudra que tu ai des objectifs précis et petits au début. Le risque serait de vouloir commencer trop de choses, trop vite, trop grandes, sans vraiment prendre le temps de te faire connaître et de te faire entendre.

Ici évidemment on parle de bénévolat, de volontariat, donc ce type de projet ne serait pas motivé par le gain d'argent.

Tu veux monter en compétences

Cet objectif peux beaucoup plus s'allier avec le premier.

Tu sens que tu stagnes dans ton métier, que tu es dans ta zone de confort, que c'est le "train-train quotidien"... Attention ce n'est pas forcément une mauvaise chose, tu peux aussi aimer ton métier et ne pas vouloir en changer pour autant.

En revanche, tu peux avoir envie d'apprendre, de tester et de mettre en pratique de nouvelles choses. Pour cela, tu peux apprendre à utiliser un nouvel outil en créant un projet et faire de nouvelles rencontres professionnelles en développant ton réseau.

Tu vas aussi sortir de ta zone de confort, t'entourer de personnes qui vont t'aider à monter en compétence en te partageant leur savoir. Tu vas tester, peut être même faire erreurs car après tout, c'est aussi comme ça qu'on retient et qu'on apprend le mieux.

Grâce à cet objectif, tu vas développer un projet qui te tient à coeur dans lequel tu auras investis du temps et de l'énergie, mais par lequel tu auras appris tant de chose.

Tu veux devenir expert dans ton domaine

Parfois un side project, ce n'est pas que pour se lancer un défi et apprendre de nouvelles choses. Parfois, c'est un moyen de transmettre tout le savoir que l'on a accumulé dans son secteur d'activité et de devenir LA référence.

Tu vas donc développer un projet qui te permet de mettre à profit toutes tes compétences, dans lequel tu peux partager et inculquer aux autres tes connaissances.

Evidemment, quand on commence à beaucoup parler d'un sujet et à proposer ses services dans son domaine, on est placé en tant qu'expert... Alors il n'y a plus qu'à se lancer !

Tu veux améliorer ton employabilité

C'est pas quelque chose que l'on entend tous les jours, mais en vrai quand on y pense, on a tous déjà passé des entretiens d'embauche pour un poste qui nous plaît beaucoup mais pour lequel on a peur de ne pas être choisi.

Un side project ça peut aussi servir à se vendre !

Dans un entretien, quand la personne en face de toi à ton CV dans les mains, elle peut être très intriguée par ton ou tes side project (si tu en as eu plusieurs).

C'est vrai que c'est toujours un plus sur un CV. Les side project montrent à quel point tu peux t'investir dans un projet. Ils prouvent ta détermination, ta ténacité et ta motivation à aller jusqu'au bout de ton idée.

Si ton projet est différent de ton secteur d'activité, il prouve que tu t'intéresses à d'autres sujets, que tu apprends à maîtriser d'autres compétences et que tu as soif de connaissance. Il montre tes capacités à sortir de ta zone de confort, à découvrir, partir de zéro et de ne pas avoir peur de l'inconnu.

À contrario, si ton projet est dans le même secteur d'activité, il prouve que tu te places en expert dans ton domaine, que tu es un atout redoutable plein de ressources et de compétences !

Avoir un ou plusieurs side project démontre aussi, à de potentiels futurs employeurs, tes capacités à t'organiser, te concentrer, apprendre, faire des essais et parfois surmonter des échecs.

Tu veux faire vivre ta passion

Attention, on n'a pas dit vivre de sa passion, même si c'est aussi possible, la nuance est légèrement différente.

À travers cet objectif, ton side project permet de montrer aux autres ta passion. Tu crées tout un projet autour de celle-ci et tu passes du temps à accumuler des connaissances. Tu partages alors ta passion et tout ton savoir, peu importe ce que c'est.

Tu veux tester ton idée de startup

Avoir un side project te permet de mettre un pied dans le monde de l'entreprenariat sans pour autant quitter tout le confort de ton emploi et sans prendre de grand risque.

Tu as peut être une idée de startup précise depuis un moment, mais tu ne veux pas tout quitter du jour au lendemain. La peur de l'échec, de tout perdre, t'empêche d'avancer.

Alors le side project peut être une très bonne solution pour commencer à tester ton idée, vérifier si elle fonctionne et si elle correspond à ta cible. Cela permet donc de valider ton projet, de passer aux étapes suivantes, par exemple de recruter des personnes pour travailler avec toi afin de développer une startup.

Maintenant que ton objectif est clair et défini, on passe aux étapes suivantes !

Trouver son équilibre entre vie professionnelle et side project

Comme on l'a déjà dit, ce n'est pas facile de jongler entre sa vie professionnelle et personnelle. Mais s'il faut en plus rajouter à tout ça une deuxième vie professionnelle, ça devient presque insurmontable !

Il est primordial d'avoir un side project qui s'équilibre entre 3 aspects :

  • le plaisir : passer du temps sur quelque chose qui te tient à coeur et qui te fait plaisir ne paraîtra pas du tout contraignant. Tu verras le temps que tu passes dessus comme un réel investissement.
  • l'opportunité : évidemment un side project n'en est pas un si tu n'as pas un objectif derrière et que tu ne lui donnes pas un sens. Avoir un sens te donneras la possibilité de créer des opportunités, peu importe le milieu dans lequel évolue ton projet.
  • les compétences : ton side project va obligatoirement te faire développer de nouvelles compétences ou mettre en avant celles que tu as déjà. C'est un pilier pour lancer ton projet.

Quand on parle d'équilibre on ajoute forcément la notion d'organisation, alors on voit ça à l'étape suivante.

Se fixer un temps de travail

Pour avoir la possibilité de développer son side project pleinement, il faut du temps et donc être bien organisé. Un projet demande du temps à part entière où l'on est concentré à 100%, sans rien faire à côté.

Pour ce faire, on te conseille de regarder ton planning au quotidien et de faire le tri parmi toutes les activités que tu as déjà. Essaie de trouver des moments de calme, des activités qui ne te semblent pas pertinentes et que tu pourrais remplacer par du temps de travail sur ton projet.

Tu peux travailler sur ton projet le matin avant d'aller au travail, le soir après tes journées bien remplies ou quelques heures les week-ends.

Dans ce temps consacré à ton side project il est important de prévoir les différentes tâches que tu dois réaliser et de leur attribuer une deadline. Les échéances sont importantes pour avoir un suivi de l'avancé de ton projet, ne rien oublier et lancer sa sortie à temps.

Pour ne pas paniquer et fuir quand on voit toutes les tâches à organiser et à gérer, il existe plusieurs méthodes d'organisations. On en sélectionné 3 qui pourraient te plaire :

- La méthode d'Eisenhower : elle permet de gérer les priorités, quand tu te retrouves face à plusieurs tâches mais que tu ne sais pas laquelle tu dois exécuter en premier. Le principe est de les classer selon ces différentes catégories : urgent et important ; urgent mais pas important ; important mais pas urgent ; pas urgent et pas important.

La méthode pomodoro : elle permet de se concentrer et de travailler intensément sur une tâche en se coupant de toute distraction pendant 25 minutes. Après ce temps, tu prends une pause de 5 minutes puis te recommences un travail sur une tâche (la même ou une autre si tu l'as déjà terminée). Tu recommences 3 fois ce cycle de travail, puis au quatrième tu prends une pause plus longue de 30 minutes à une heure.

La méthode MoSCoW : un peu similaire à la première méthode, elle permet de prioriser les tâches en catégories. MoSCoW est un acronyme.

  • La première catégorie est MUST HAVE : ce sont les tâches les plus importantes, celles à faire absolument dans la journée.
  • La deuxième est SHOULD HAVE : ce sont des tâches importantes à accomplir mais sans précipitation, pas forcément à réaliser le jour même.
  • La troisième est COULD HAVE : elle rassemble les tâches optionnelles, celles qui sont un plus pour ton projet ; mais si tu n'as pas le temps de les réaliser, elles peuvent être supprimées.
  • La dernière catégorie est WILL NOT : ce sont les tâches qui ne seront pas faites pour l'instant car pas du tout urgentes.

Trouver un problème (pour trouver son idée)

On dit tout le temps : "J'ai une idée !", "J'ai trouvée l'idée parfaite pour mon side project",  mais en fait c'est un mauvais choix de mot.

Forcément on peut avoir plein d'idées qui fusent dans notre tête mais pour s'assurer qu'elle fonctionne il faut qu'elle réponde à un besoin.

On va donc plutôt dire qu'on trouve un problème plutôt qu'une idée.

Pour trouver un problème, tu as plusieurs moyens de recherche :

  • Tu rencontres toi-même un problème dans une situation de ta vie professionnelle ou personnelle et tu aimerais une solution pour y remédier
  • Tes proches te parlent d'un problème récurrent qu'ils rencontrent et souhaitent une solution
  • En travaillant avec certaines personnes tu te rends compte qu'ils n'ont pas accès à une solution plus pratique et utile

Travailler avec les meilleurs outils

Pour lancer ton side project rapidement sans négliger la qualité, il faut que tu ai accès aux meilleurs outils. Un bon outil est celui qui te permet de produire rapidement ce que tu veux, sans être trop compliqué à prendre en main et sans payer trop chère.

Ici on a sélectionné quelques outils qui pourraient te convenir pour différentes tâches.

Les outils pour s'organiser

Notion : l'incontournable outil de l'organisation professionnelle et/ou personnelle. C'est un outil très complet que tu peux utiliser seul ou en collaboration. On a tout  un article pour t'expliquer comment utiliser Notion au mieux dans ton side project.

Todoist : l'outil spécialisé dans les to-do list. Avec lui, tu organises tes tâches et ton travail en définissant des niveaux de priorités. Tu peux aussi les présenter sous différents affichages, comme un tableau Kanban par exemple, et synchroniser l'outil à tes mails et ton calendrier.

Forest : l'appli mobile qui te permet de déconnecter ton téléphone en programmant un minuteur pour rester concentrer sur ton travail. Tu peux aussi répartir ton temps de travail sur la journée en fonction des différentes tâches que tu as à faire. Très utile si tu as du mal à rester focus tout au long de la journée.

Les outils pour créer sa landing page

Umso : crée ta landing page en 5 minutes. Cet outil te pose des questions sur ton projet et sur ce que tu aimerais retrouver sur ta landing page, puis te proposes les meilleurs templates adaptés à ton besoin. Tout est modifiable et ajustable comme tu le souhaites et en quelques clics tu mets en ligne ta landing page.

Dorik : c'est un outil similaire à Umso, mais qui propose un abonnement gratuit. Tu peux créer ta landing page en quelques clics et la mettre en ligne très rapidement.

Webflow : cet outil est un CMS, c'est donc un peu plus complet et complexe à la fois. En revanche, sur webflow tu as la possibilité de faire un blog, un site e-commerce, en plus de réaliser une landing page.

Pour plus d'informations, retrouve notre article complet sur les outils de création de landing page.

Les outils pour développer une appli

Bubble, Adalo et Glide sont tous les trois des outils pour créer rapidement ton application mobile. En quelques clics, tu choisis un template, modifie avec un drag and drop et tu fini par avoir une appli professionnelle./p>

Il est aussi possible d'y intégrer du contenu dynamique en associant des outils comme Stripe, Google, Facebook ou encore des outils de paiements, de formulaire et d'automatisation.

Les outils d'e-mailing

Il existe plusieurs outils pour créer des campagnes d'e-mailing comme Mailchimp, SendinBlue et Substack.

Créer ce type de campagne prend peu de temps et ces outils sont très faciles à utiliser. Si ton side project est une newsletter alors l'un de ces outils sera indispensable pour toi.

Même si ton projet est bien différent, avoir une newsletter de qualité va te permettre de communiquer sur ton projet, de recevoir des feedbacks et d'entretenir un lien avec de potentiels clients.

Définir son MVP (minimum viable product)

Lorsque tu as un projet en tête, tu imagines peut-être des choses parfois inconcevables ou complètement différentes de ce que tu peux produire en réalité. Il est donc super important de créer une version zéro de ton projet, c'est-à-dire la première version qui donnera vie à ton projet et qui va le concrétiser.

C'est ce que représente un MVP, c'est la version "minimum" de ton projet. C'est une première version que tu vas pouvoir présenter et faire tester à ta cible. Tu vas recevoir des feedbacks dans le but de modifier et d'améliorer ton projet.

Un MVP permet aussi de sortir ton projet rapidement, sans perdre de temps et ne pas passer à côté d'une occasion. Il est très important que tu mettes une première version de ton projet sur le marché pour ne pas arriver trop tard et être dépassé par la concurrence.

Comme a dit Reid Hoffman, co-fondateur de Linkedin : "si vous n'avez pas honte de la première version de votre produit, c'est que vous l'avez sorti trop tard".

Tester son idée

Une fois que tu as créé une première version de ton projet, tu vas pouvoir clairement tester ton idée.

Tester ton idée va permettre de vérifier que tu proposes une solution utile et efficace au besoin de ta cible. Tu vas alors directement chercher l'information dont tu as besoin auprès d'elle.

Il faut que tu proposes ton projet à des personnes de ta cible, un groupe de bêta-testeur qui va pouvoir l'utiliser. Le but est aussi de leur poser des questions et d'avoir leur avis. Grâce à eux, tu sauras ce qu'il faut modifier et améliorer.

Pour rappel, cela peut se faire par le biais d'une newsletter (si tu as déjà des contacts), d'un questionnaire, d'une landing page avec un formulaire, etc.

Documenter son aventure

Cette dernière étape n'est pas indispensable mais c'est une façon de promouvoir son projet qui se répand de plus en plus.

Le build-in public est le fait de réaliser son projet devant et avec une communauté. En clair, tu montres toutes les coulisses de ton aventure et tu fais participer ta communauté qui s'agrandit au fur et à mesure sur les réseaux sociaux.

C'est devenu une réelle tendance car elle permet :

  • de rassembler une communauté
  • de trouver facilement des clients
  • de les faire participer et donc de les engager dans ton projet
  • d'avoir des feedbacks en continue
  • de créer un storytelling, de paraître authentique et de créer une relation de confiance entre toi et ta cible.

Toutes ces raisons t'apportent beaucoup de bénéfices. Si tu développes une communauté, grâce au build-in public, elle va t'aider à faire parler de ton projet. En ayant cette relation de confiance et en faisant partie de ton aventure elle va partager autour d'elle ton projet et te faire de la publicité. Elle va donc t'aider à fédérer plus de clients.

C'est aussi une façon de co-construire ton projet. En faisant participer ta communauté à chaque étape du processus de création de ton projet, tu t'assures qu'il leur convienne et que ta cible sera prête à l'utiliser voire à payer pour cela.

Découvre d'autres articles

Le Samedi Club : La communauté de créateurs de side project

Que tu sois à la recherche d'une idée pour te lancer, de conseils pour t'organiser ou de retour sur ton projet, viens échanger avec d'autres créateurs.